• Bande dessinée & expression libre

     

    Nous étions quatre phylactères

    Moi mes parents et mon grand-père

    Et le dimanche, nous discutions

    Ca fleurait bon la rébellion.

     

    Un jour un grand prêtre est entré

    Dans notre chère masure carrée

    Pour nous dire : « Ce que vous prêchez

    C'est pas tellement la vérité ».

     

    Alors je lui ai rétorqué

    Qu'il était vraiment ridicule

    Avec ses psaumes et ses versets

    Et qu'on préférait faire des bulles.

     

    Visiblement assez outré

    De mes remarques déplacées

    Il a planqué nos billevesées,

    Tué nos onomatopées.

     

    Ce joli sacrement de l'ordre

    A rendu les lecteurs muets

    Il ne leur reste donc plus qu'à mordre

    Les mollets de nos bons curés.

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Avril 2007 à 01:46
    Suis je bête !
    Sur le coup, le poème ne me parlait pas plus que ça ... et puis, le titre de ton article. Il y a un rapport évident me suis je dit ! Ce n'est pas possible autrement, on ne met pas de titre qui ne veut rien dire, ou alors on ne met rien du tout pour aller plus vite et de ce fait on perd une connotation de la chose des plus importantes ... Et puis, souvenir ... il ne s'agit pas par hasard d'un des poèmes (le nom de l'auteur m'échappe) faisant appel à la "révolte" ? A l'anarchie ? (le mot est peut être trop fort ici, mais connote bien les faits, je pense).
    2
    Mercredi 11 Avril 2007 à 10:06
    ;o)
    Il est super ce poème ! eh oui, quand on enlève les mots, la pression monte... parfois j'ai aussi envie de mordre et je suis enragée ;o)
    3
    Mercredi 11 Avril 2007 à 13:40
    Oui,
    On ne peut pas toujours se bâillonner, il y a un moment où [...] ;o) Je me souviens de mes premiers éclats, de ces désirs soufains de crever l'abcès en dépit des risques que j'encourais... Ca me faisait un bien fou, quelque chose dans la tête se libérait, une sorte de jouissance, mais comment l'expliquer (d'autant plus que ça ne m'arrive plus des masses) ?!! Ca vous a déjà fait ça, à vous ? Oh, j'ai changé "liberté d'expression" en "expression libre", la première expression connotant trop le prétexte, le politiquement correct d'usage, le retournement de situ & parfois même la fange tapie sous couvert de concept à la mode (eh, eh : du coup, je repense encore au clip de Mano Solo)...
    4
    Samedi 14 Avril 2007 à 12:31
    Mordre
    Ça me fait penser à un poème de Norge, "Le Mordeur". Moi aussi j'ai commencé par le curé. Je continue avec les imams... Et plein d'autres, mais j'ai la dent courte et sans émail de protection. Bien à toi, Cha*.
    5
    Flou
    Dimanche 15 Avril 2007 à 18:04
    je vois pas
    "Ca me faisait un bien fou, quelque chose dans la tête se libérait, une sorte de jouissance, mais comment l'expliquer (d'autant plus que ça ne m'arrive plus des masses) ?!! Ca vous a déjà fait ça, à vous ?" > En ce qui me concerne, je ne connais pas ce dont tu parles là...
    6
    Dimanche 15 Avril 2007 à 20:50
    Salve libératrice
    Ca ne m'arrive plus depuis des lustres... Difficile à expliquer comme sensation, c'est comme une agréable décharge qui se passe dans le cerveau au moment même où tu décides d'avoir le courage de dire quelque chose de très risqué !!!
    7
    Flou
    Mardi 24 Avril 2007 à 22:53
    agréable décharge
    Ce doit être sympa.
    8
    Mercredi 25 Avril 2007 à 00:09
    Oui...
    Court, mais intense !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :