• "Bite et bite et ratatam"

    Une fille qui voulait faire du cinéma était sur le point de signer un contrat avec un producteur pour trois films. Elle était dans la merde et les trois films représentaient beaucoup d'argent. Au moment de signer, une dernière petite formalité : le producteur lui dit « Maintenant nous allons coucher ensemble ». La fille a failli tomber par terre et elle a ébruité une exclamation. Voyant ceci, le producteur compréhensif a dit : « Ah, je vois, vous êtes mariée, c'est ça ? »

    Non, mon histoire n'est pas finie. La fille en a profité pour répondre : « Oui, oui, c'est ça, je suis mariée ». Le producteur a réfléchi un moment puis, fair-play, lui dit : « Écoutez, voilà ce qu'on va faire. Je vais vous enculer, comme ça ce qui est à lui restera à lui ».

    (Source : le livre de l'oppression des femmes)


  • Commentaires

    1
    Jeudi 13 Décembre 2007 à 12:47
    (...)
    J'ai eu envie de vomir en lisant cette histoire... Je vais être malpolie, mais franchement c'est un enculé le gars ! Rien que de l'imaginer dire ça à la fille, j'ai envie de lui mettre un coup de poing dans la figure... Y'a de ces gros enfoirés sur terre, c'est hallucinant. Le titre de "passez moi la bassine" est très bien trouvé pour ce genre d'histoire...
    2
    Jeudi 13 Décembre 2007 à 13:59
    Enculé ou enculeur ?
    ... Pardon également pour ma lourdeur ! Oui, le pire étant que cela a tendance à retomber pas mal sur les femmes qui acceptent par contrainte psycho, financière ou autre ("Ouah, quelle s*lope, elle a dû coucher pour en arriver là!").
    3
    shiloune
    Jeudi 13 Décembre 2007 à 17:27
    grrrr
    moi c'est pas dans une bassine que j'ai envie de vaomir, c'est sur sa tronche à ce dégueulasse... pardon mon commentaire n'apporte rien mais il fallait que je le dise...
    4
    Jeudi 13 Décembre 2007 à 19:04
    booo ...
    Plus rien ne m'étonne hélas de la part de certains ...pffff !!!!
    5
    Jeudi 13 Décembre 2007 à 20:53
    Oui, malheureusement...
    & qu'est-ce qu'on enrage dans ces cas là ! Mais que faire sur le coup ? C'est de notre isolement mais aussi de notre stupéfaction qu'ils profitent... A propos, deux gamins de dix ans à peine m'ont gratifiée d'un "Hey, la miss, tu suces ?" pas plus tard que tout à l'heure. Et sur le coup, je ne me suis pas sentie la force de leur faire la leçon ou de rétorquer quelque chose du genre "Oui, mais qui je veux & quand je veux" ou "Qu'est-ce que ça peut vous foutre, bande de morveux ?"... Ils ne seront peut-être pas producteurs plus tard, mais ils sont en tout cas déjà bien atteints ! Merci ô monde machiste ! :o{
    6
    Flou
    Vendredi 14 Décembre 2007 à 14:56
    triste éducation
    : (
    7
    moi
    Vendredi 14 Décembre 2007 à 17:31
    oui
    Triste éducation et surtout pas de réflexion après. Parce que l'on peut être éduqué d'une certaine façon, il reste quand même ta propre réflexion, non? Sinon dans le milieu du théâtre et du cinéma qui fait rêver ;) c'est pas le premier ni le dernier rrrrrr, y'a qu'à voir aussi comment certains filment les femmes.... Bisous à vous.
    8
    Vendredi 14 Décembre 2007 à 22:20
    L'extraordinaire
    de cette histoire, je trouve, ce n'est pas tant la classique proposition de passer sous le bureau ou par-dessus, et le fait que je la reconnaisse comme "classique" ne signifie évidemment pas que j'en entérine la pratique, ni tant la classique proposition de passer à la casserole, idem, ni d'ailleurs celle de le faire du côté obscur de la force, mais cette dernière phrase, pire que tout : "Ainsi ce qui est à lui restera à lui". Ce Vagin-Signe. J'ai froid dans le dos, on se croirait chez les barbus.
    9
    Vendredi 14 Décembre 2007 à 23:01
    grrrrr
    coucou Chaminou, tu sais mettre de l'ambiance avec les histoires ;o) ^^
    10
    moi
    Dimanche 16 Décembre 2007 à 19:45
    hihi
    Emelire mdr
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :