• Je ne sais pas vraiment pourquoi (enfin, si : je commence tout de même à comprendre un peu, malheureusement), mais au cours de mon adolescence et de ma vie de jeune adulte, j'ai eu pas mal d'"ami-e-s" qui se servaient de moi comme d'un alibi, comprenez d'un prétexte pour sortir ça et là, dans le seul et unique but de trouver ce qu'on appelle vulgairement l'âme sœur, ou tout bonnement n'importe quel homme (ah ben oui, un homme, bien entendu : ah, ah ! Qu'est-ce que ça pourrait bien être d'autre, franchement ?) avec lequel se montrer, ou se caser.

    N'appréciant que modérément les intrigues et autres romans policiers, j'ai découvert pour la première fois le terme alibi en entendant mes parents discuter à propos de ma "relation" entre D. - une voisine que je fréquentais alors assez souvent -  et moi-même. Ainsi, papa disait : "Je n'aime pas trop ça : à chaque fois, D. prend Cha comme alibi afin d'aller voir  cette bande de jeunes qui fait un raffut pas possible dans le quartier". En fait, c'était tout simple : cette jeune adolescente annonçait à sa mère qu'elle allait se promener gentiment avec moi (et/ou avec le chien), ce qui était vrai, mais bien que cela ne me tentait guère, elle insistait toujours pour passer du côté de l'aire de jeu - que dis-je - du squatt où se tenaient une bande de subadultes moqueurs qui faisaient vrombrir leur mobylette pour emmerder l'monde, et, surtout, qui traitaient mon "amie" de gros tas, de thon et de boudin.

    Cela ne la blessait guère, du moins en apparence. Le seul fait qu'ils l'aient remarquée d'une façon ou d'une autre semblait la contenter. Quant à moi, je les trouvais bien bêtes avec leurs rires gras de concert qui ne tintaient même pas dans leurs débris de cannettes, et détestais par dessus tout leur blaireautique attitude.

    Bien plus tard, cette "amie" a enfin (ouf : parce-que le célibat, y a pas à dire, mais ça fait looseuse, hein, surtout passé un certain âge), rencontré un bon jeune homme bien fade et bien poli dans le cadre de son boulot (original, non ?), s'est en toute logique mariée, puis, d'autres "ami-e-s" m'ont fait le coup, en insistant, par exemple, pour sortir en boîte en ma compagnie (ben ouais, seule, c'est difficile), histoire, non de passer un bon moment avec moi, mais de se faire éventuellement approcher par quelqu'un (parce-qu'il y a un âge où c'est comme ça et pis c'est tout !). Et dès quelles trouvaient ce quelqu'un : bonsoir mon Cha (option "Je viendrai quand même monologuer chez toi le jour où Bichounet sera parti en vadrouille avec ses potes adorés") ! Pas une grande perte, me direz vous. A-t-on besoin de traîner avec des personnes qui vous déconsidèrent ainsi ? Effectivement, je suis bien d'accord et j'ai toujours aspiré, au fond de moi, à d'autres types de relations, à mille lieues de ces convenances qui ont pour origine une structure qui me donne souvent la nausée. N'empêche que je n'aime pas - et vous le comprendrez sans doute - qu'on m'utilise dans ce genre de dessein, sous prétexte qu'il soit apparemment de bon ton de montrer à des veaux formatés tout le monde qu'on arrive à intéresser un hoooomme (oh, quel exploit ! ;op), voire à se mettre en couple comme  la tradition le veut (mais on peut appeler ça "grand amour", ça ne coûte rien, et si un-e ou deux gogos peuvent gober cela, c'est toujours ça de gagné pour la gloriole).

    Le pire étant qu'un certain nombre de ces personnes sont venues pleurnicher à mon oreille quelques années plus tard pour me dire combien elles s'emmerdaient (dans le moins pire des cas) avec leur douce moitié élue avec soin...

    Seulement, je ne suis plus là. Partie. Ras l'dronte. On a des conceptions de la vie et de l'amitié différentes voire opposées, et maintenant, que chacun-e se débrouille avec ça, c'est tout. Oh, je dois vous sembler si dure... Si vous saviez...


    29 commentaires
  • "Pourquoi il y'a des femmes qui veulent devenir des hommes ?

    Elles ont changé leur forme ,leur façon de vivre ..etc
    La douceur ,la beauté ,le charme l'amour que deviendront ils ?
    C'est désolant .Moi personnellement j'aime la femme telle quelle est .Heureusement qu'il y'a d'autres qui respectent la nature OUF" (Djamil)

    J'ai relevé ces deux réponses en particulier :

    "bonsoir,se sont des femme qui ont oubliés que c est dieu qui les a mis sur terre et ils sont de nature comme ca .es ce que une personne au monde peut changer sa descrption biologique donné par dieu.en principe ces femmes ne doivent pas etre respecter par cette commu....il viendra le jour ou elles connaitrons la pure vérité il faut lire et relire le corant et ce que dieu nous a donné et pourtant gratuitement mci et à presto" (Benamor...)

    "je deteste les femme comme s asi j'en trouveune jlui coupe son nez avec un siceau" (question...)


    55 commentaires
  • À propos de l'exposition Bodies, the Exhibition :

    "Des êtres humains qui ont fait don de leur cadavre à la science ? Savaient-ils qu'ils allaient être exhibés devant des foules de visiteurs ? J'ai depuis quelques années, dans mon portefeuille, un petit carton qui atteste que j'ai fait don de mon corps à la science. Mais je n'ai pas autorisé la science à disposer de mon corps pour autre chose que l'utilisation de certains de mes organes sains ! L'être humain est-il devenu un simple objet ? Ces corps exposés sont des corps morts. Et le respect de ce que ces corps ont vécu ?

    Depuis la nuit des temps les rites funéraires existent, et l'art a commencé par là. Rites pour un passage dans l'au-delà, peut-être, mais rite pour la  mémoire, rite pour la séparation, pour le deuil. Que signifie être humain ?

    [...] Cautionner l'intérêt d'une exposition par des raisons scientifiques et artistiques, cela peut provenir d'une perversion ! Que les amateurs choisissent en conscience ! Non, je n'irai pas !"

    Danielle Stéphane, Lyon (Source : Télérama n°3049, 18 Juin 2008).

    1 commentaire


  • 2 commentaires
  • "Il faut que les femmes crient aujourd'hui. Et que les autres femmes - et les hommes - aient envie d'entendre ce cri. Qui n'est pas un cri de haine, à peine un cri de colère, mais un cri de vie". (Benoîte Groult)

    Cri de vie, cri commun, cri édifié via multiples mains (pattes, nageoires ou tentacules : c'est selon ;o)), c'est ici !

    2 commentaires